Manuel Neuer : à propos de ses voyages avec son vélo de course, de son pantalon de contention et d’Obama

Manuel Neuer, le gardien de but de l’équipe nationale de football allemande accepte très peu d’interviews, mais il en a récemment accordée une au magazine allemand MOVE. Il y parle de ses voyages dans le cadre de son activité professionnelle, de ses lieux de vacances préférés et de ses habitudes de voyage.

Le gardien national allemand réalise plus de 100 vols professionnels par an et est clairement un grand voyageur. Dans Move, il parle de sa passion pour les voyages et de son amour de la nature.

Manuel Neuer, vous êtes un des plus grands joueurs de football professionnels : vous êtes gardien de but depuis plus de 20 ans. Quel est l’endroit où vous préférez jouer ?

J’ai passé l’un des meilleurs moments de ma carrière au stade Maracanã à Rio de Janeiro. Gagner notre quatrième étoile avec l’équipe nationale contre l’Argentine devant près de 90 000 spectateurs lors de la Coupe du monde 2014 au Brésil, c’est un souvenir inoubliable qui est lié à ce gigantesque stade.

Sur une année, à quelle fréquence volez-vous ?

Munich n’est pas le centre de l’univers. Avec le FC Bayern Munich, nous ne nous rendons en bus qu’à Augsbourg, Stuttgart et Nuremberg. Si la destination se trouve plus au nord, nous prenons l’avion. Si l’on compte tous les vols nationaux et internationaux, je dirais plus de 100 fois par an.

Une carrière exceptionnelle

Pour Manuel Neuer, né à Gelsenkirchen, le football n’est pas un métier, mais une vocation. Il est un des meilleurs gardiens de but de tous les temps et a complètement redéfini le rôle entre les poteaux avec son interprétation offensive. Au FC Schalke 04, il était devenu le plus jeune gardien de but régulier de Bundesliga à l’âge de 20 ans. Mais il a également cumulé les succès avec le FC Bayern Munich et l’équipe nationale : il a remporté la Ligue des champions, la Coupe du monde des clubs de la FIFA, la Coupe d’Allemagne et la Coupe du monde. Et sa carrière est loin d’être terminée.

Souffrez-vous du décalage horaire ?

Avec le FC Bayern Munich, nous jouons principalement en Europe, où le décalage horaire maximal est d’une heure. Peu importe si nous nous couchons une heure plus tard le soir ou si nous nous levons plus tôt le matin. Cela ne fait aucune différence pour nous. Sur les vols non européens, c’est différent. Un match avec l’équipe nationale à Astana (Kazakhstan) était prévu à 20 h 45, heure allemande. Quand nous sommes retournés dans le vestiaire après la première mi-temps, l’horloge indiquait soudainement 0 h 45 ! Nous n’avions évidemment pas joué pendant quatre heures (rires). Au début, nous étions déconcertés, mais même dans de telles situations, nous restons à l’heure allemande, jouons et prenons un vol retour le plus rapidement possible.

Avez-vous certaines habitudes particulières lorsque vous voyagez ?

Je sais que je vais perdre un peu de charme en fournissant cette information, mais je porte toujours mon pantalon ou mes chaussettes de contention pendant un vol pour être prêt à l’action le lendemain. Ils stimulent la circulation sanguine et je suis donc parfaitement préparé pour jouer. Je ne peux que recommander ce petit accessoire à quiconque voyage fréquemment et pendant de longues périodes.

Où préférez-vous vous asseoir dans l’avion ?

Avec le FC Bayern Munich, nous volons toujours en avion privé en Allemagne. Je suis généralement assis au fond à droite. Deux places sont mises à la disposition de chacun d’entre nous. Donc, si je veux regarder par la fenêtre, tout ce que j’ai à faire est de glisser d’un siège. Puis je regarde par la fenêtre, me laisse fasciner par les paysages qui défilent et profite simplement du calme et de la tranquillité.

Aimez-vous malgré tout voyager pendant vos vacances ou préférez-vous rester chez vous pendant votre temps libre ?

Les environs de Munich ont beaucoup à offrir. Souvent, je passe mes rares journées libres à Tegernsee avec ma femme et notre petit chien. Nous sommes très « nature », nous aimons faire de la randonnée et grimper sur notre vélo de course ou VTT. Mais ces dernières années, nous en avons également profité en voyageant.

Où aimez-vous voyager ?

Lors de nos dernières vacances, nous sommes allés à Phuket en Thaïlande. Mais nous avons également exploré la côte ouest de la Californie et les Caraïbes. Il y a tellement de pays que je voudrais découvrir quand j’aurai plus de temps, une fois ma carrière terminée : l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ainsi que le Bhoutan et l’Afrique du Sud, où je suis déjà allé.

Ces derniers temps, quel a été le plus grand défi auquel vous ayez été confronté dans votre vie non professionnelle ?

L’été dernier, j’ai traversé les Alpes sur mon vélo de course avec des amis. Nous nous sommes rendus de Munich en Suisse, en passant par l’Autriche et l’Italie. Au cours de ces 700 kilomètres, nous avons surmonté presque 10 000 mètres de dénivelé en quatre jours. C’était un véritable défi et une expérience personnelle importante pour moi.

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ?

Dans les Alpes, la météo peut changer rapidement. Lorsque les choses deviennent moins agréables, vous apprenez à mieux vous connaître. C’était très amusant, mais nous savions tous que nous dépendions les uns des autres.

Avec qui aimeriez-vous parler à bord d’un vol long-courrier ?

C’est là que je devrais dire mon épouse (rires). Non, je plaisante. J’ai rencontré Angela Merkel à plusieurs reprises et nous avons déjà dîné ensemble. Je n’ai pas encore rencontré Barack Obama. J’aimerais vraiment parler avec lui. J’aime sa façon de voir les choses et la manière dont il s’engage. Et quels que soient ses résultats en politique, ses opinions personnelles m’intéresseraient.

À quel endroit vous détendez-vous le plus ?

Sur la route avec mon petit VW California. Je prends mon vélo de course avec moi, grimpe dessus dans les montagnes et pars faire un tour. Je peux m’arrêter n’importe où et j’ai tout ce dont j’ai besoin : mon réfrigérateur, mon auvent, etc. Loin de l’agitation, personne ne s’attend à ce que Manuel Neuer sorte d’un petit camping-car en plein milieu de la nature. Et si les gens me reconnaissent, ils sont généralement heureux de me voir. C’est génial.

L’image: FC Bayern München

Stay in the know,
even on the go

Never want to miss a thing? We'll get you the latest news, trends, insights and BCD news right in your inbox.

Name(Nécessaire)
Opt in consent(Nécessaire)
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.